FAQ sur le Fonds d'investissement alternatif réservé (RAIF) - Damalion - Independent consulting firm.
Sélectionner une page

L’introduction du régime des fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF) le 23 juillet 2016 est un autre pas énorme vers le renforcement de l’attractivité du Luxembourg en tant que juridiction de fonds d’investissement et de gestion d’actifs, conformément à la directive 2011/61/UE relative au champ d’application de la directive sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (AIFMD).

1. Le Fonds d’investissement alternatif réservé (FIAR) est-il similaire au Fonds d’investissement spécialisé (FIS) ?

Si le régime des fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF) est similaire à celui des fonds d’investissement spécialisés (SIF), le premier ne nécessite pas de surveillance directe par la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) du Luxembourg. Au lieu de cela, le régime des fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF) est consacré à la constitution de fonds d’investissement alternatifs (AIF) qui désignent un gestionnaire de fonds d’investissement alternatif (AIFM) dûment agréé.

Le Reserved Alternative Investment Fund (RAIF) est un véhicule d’investissement révolutionnaire dans le paysage de l’investissement luxembourgeois en raison de ses caractéristiques de structuration distinctes qui comprennent des compartiments ségrégués mis à la disposition des fonds non réglementés luxembourgeois.

2. Quels sont les avantages de choisir un fonds d’investissement alternatif réservé par rapport aux structures de fonds traditionnelles au Luxembourg ?

  • Le fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) offre d’autres solutions de structuration aux initiateurs qui créent des fonds d’investissement alternatifs (AIF) pour éviter efficacement une double couche de réglementation.
  • Qu’un fonds d’investissement alternatif réservé soit établi au Luxembourg ou dans un autre pays membre de l’UE, il sera supervisé et géré par un gestionnaire de fonds d’investissement alternatif (AIFM).
  • Un Fonds d’Investissement Alternatif Réservé (RAIF) est soumis au même régime qu’un Specialized Investment Fund (SIF) mais sans l’intervention de la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF).
  • Le régime des fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF) synchronise le régime existant en mettant clairement l’accent sur la supervision de la gestion par opposition à la supervision des produits.
  • Les fonds d’investissement alternatifs ne peuvent être soumis qu’à la supervision et à la gestion d’un gestionnaire de fonds d’investissement alternatif (AIFM) dûment autorisé, et ont la possibilité de s’établir soit en tant que produit réglementé, comme dans le cas des organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) de la Partie II, des fonds d’investissement spécialisés (FIS) et des sociétés d’investissement en capital à risque, soit en tant que produits non réglementés, comme une société en commandite (SCS), une société en commandite spéciale (SCSp) ou un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF).

3. Quelles sont les principales caractéristiques d’un fonds d’investissement alternatif réservé ?

  • Les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIFs) ne sont soumis à aucun type de surveillance ou de contrôle de la part de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) du Luxembourg ou de toute autre autorité de surveillance.
  • Compte tenu de ce qui précède, un initiateur peut établir un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) sans l’approbation préalable de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) du Luxembourg. Toutefois, toutes les exigences imposées par la directive sur les fonds d’investissement alternatifs (AIFMD) aux gestionnaires de fonds alternatifs sont réputées remplies.

4. Quels sont les critères de désignation d’un gestionnaire de fonds d’investissement alternatif pour un fonds d’investissement alternatif réservé ?

Un gestionnaire de fonds d’investissement alternatif nommé par le Fonds d’investissement alternatif réservé doit répondre aux critères suivants :

  • Être dûment autorisé à fonctionner en tant que gestionnaire de fonds d’investissement alternatifs de fonds poursuivant la stratégie d’investissement pertinente. Il est important de noter que l’autorisation pour les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs est uniquement limitée à certaines structures, y compris les fonds spéculatifs ou les stratégies de capital-investissement.
  • Si le fonds d’investissement alternatif établi dans un autre État membre de l’UE ou un autre pays éligible bénéficie de droits de passeport au Luxembourg et dans d’autres pays membres de l’UE.
  • Si un gestionnaire de fonds d’investissement alternatif utilise le système de passeport marketing, les documents constitutifs et d’émission du fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) doivent être soumis à l’autorité de surveillance compétente. Dans le cas où un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) est basé au Luxembourg, il n’est pas nécessaire que la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) examine les documents pertinents du fonds, bien qu’elle ait le droit de refuser les droits de passeport à un fonds d’investissement alternatif (AIF) si les documents soumis à la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) limitent la gestion d’un fonds du type de fonds d’investissement alternatif (AIF) concerné.
  • Pour lever tout doute, aucune approbation réglementaire n’est nécessaire en ce qui concerne les étapes à réaliser au cours du cycle de vie d’un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF).

5. Quels types de formes juridiques sont disponibles pour les fonds d’investissement alternatifs réservés au Luxembourg ?

Un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) peut être établi comme l’un des suivants :

  • Fonds commun de placement (FCP)
  • Société d’Investissement à Capital Variable (SICAV)
  • Société publique à responsabilité limitée (SA)
  • Société en commandite par actions (SCA)
  • Société privée à responsabilité limitée (SARL)
  • Société en commandite (SCS)
  • Société en commandite spéciale (SCSp)

6. Quelles sont les structures parapluie disponibles en vertu de la loi sur les fonds d’investissement alternatifs réservés ?

Tout fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) peut opter pour une structure parapluie, ce qui lui permet de lancer à l’occasion des compartiments ou des sous-fonds délimités. Chaque compartiment correspond à une partie distincte de l’actif et du passif du fonds d’investissement alternatif réservé.

Les compartiments réservés aux fonds d’investissement alternatifs peuvent présenter les caractéristiques énumérées ci-dessous :

  • Chaque compartiment peut présenter sa propre politique d’investissement
  • Toutes les dispositions régissant l’émission et le rachat d’intérêts et/ou de titres peuvent être adaptées à chaque compartiment spécifique. Dans cette optique, il est possible de regrouper les fonds suivants sous un même toit :
  1. Fonds à capital variable et fonds à capital fixe
  2. Compartiments entièrement financés et compartiments avec une structure de capital de type “drawdown”.
  3. Pour les fonds d’investissement alternatifs réservés structurés comme des sociétés en commandite ou des sociétés en commandite spéciales, les compartiments utilisant des comptes de société.

Toutes les règles relatives aux compartiments d’un fonds d’investissement alternatif réservé sont déterminées librement dans un document d’émission de fonds d’investissement alternatif réservé. Il est également important de rappeler que la liquidation d’un compartiment ne déclenche pas la liquidation d’autres compartiments au sein du Fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF).

Un fonds d’investissement alternatif réservé(RAIF) peut désigner un gestionnaire d’investissement différent pour chacun de ses compartiments. Suivant ce schéma de gouvernance, chaque compartiment peut avoir son propre comité d’investissement ou son propre conseil consultatif. Malgré cela, l’organe de gestion des structures telles que les SA, SCA, SCS et SCSp, qui se compose des associés généraux, du conseil d’administration, ainsi que du dépositaire, de l’agent d’administration centrale et du commissaire aux comptes, doit être unique au niveau de l’ensemble d’un fonds d’investissement alternatif réservé.

Les autres caractéristiques d’un fonds d’investissement alternatif réservé sont les suivantes :

  • Les compartiments individuels peuvent avoir leur propre structure de frais et de distribution.
  • Les compartiments individuels peuvent être réservés à un ou plusieurs investisseurs.
  • Les investissements croisés entre les compartiments d’une même Structure d’Investissement Alternatif Réservée sont autorisés, sous réserve du respect de certaines conditions.
  • Un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) et, automatiquement, ses compartiments peuvent comporter deux ou plusieurs types de titres dont les actifs peuvent être investis en commun, mais sont soumis à des structures de frais, des objectifs de commercialisation, des politiques de distribution et des dispositions de couverture différents.

7. Quelles sont les conditions d’éligibilité pour les investisseurs potentiels dans une structure de fonds d’investissement alternatifs réservés ?

Les investissements dans les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF) sont limités aux investisseurs avertis. En vertu de la loi sur les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF), un investisseur averti est un ou plusieurs des éléments suivants :

  • Investisseurs institutionnels
  • Investisseurs professionnels
  • Les investisseurs qui confirment par écrit qu’ils sont des investisseurs avertis.
  • Un investisseur qui peut s’engager à verser une part minimale de 125 000 euros dans le fonds d’investissement alternatif réservé.
  • Un investisseur qui obtient un certificat délivré par une institution financière, une entreprise d’investissement, une société de gestion d’Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières, ou un gestionnaire de fonds d’investissement alternatif certifiant l’expertise, l’expérience et la capacité de l’investisseur à évaluer et expertiser ses investissements dans une structure de Fonds d’Investissement Alternatif Réservé.

Les administrateurs et autres personnes participant à la gestion d’un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) peuvent également investir, même s’ils n’appartiennent à aucune des catégories mentionnées ci-dessus.

8. Quel type de régime fiscal la structure du fonds d’investissement alternatif réservé suit-elle ?

En termes simples, les fonds d’investissement alternatifs réservés sont soumis à un double régime fiscal. Les dispositions suivantes sont quelques-unes des dispositions fiscales générales applicables aux véhicules de fonds d’investissement alternatifs réservés au Luxembourg :

  • Un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) est soumis au même régime fiscal que celui applicable aux fonds d’investissement spécialisés (SIF). Dans le cadre de ce régime, les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIFs) sont exonérés de l’impôt sur les sociétés et des autres taxes au Luxembourg, avec une exonération de la taxe d’abonnement évaluée à 0,01% par an.
  • La taxe d’abonnement est également appliquée aux fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF) structurés en sociétés en commandite (SCS) et en sociétés en commandite spéciales (SCSp).
  • Une exonération de la taxe d’abonnement peut être accordée, sous certaines conditions, à un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) :
    1. Les actifs sont investis dans d’autres organismes de placement collectif luxembourgeois, des fonds d’investissement spécialisés et des fonds d’investissement alternatifs réservés.
    2. Fonds d’investissement alternatifs réservés dont le seul objectif est l’investissement collectif dans des initiatives du marché monétaire et le placement de dépôts auprès d’établissements de crédit
    3. Fonds d’investissement alternatifs réservés investissant dans des véhicules de fonds communs de pension
    4. Fonds d’investissement alternatifs réservés investissant dans des institutions de microfinance
  • Un régime fiscal optionnel est applicable aux fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF) qui investissent dans le capital-risque. Ces fonds peuvent demander à bénéficier d’un régime fiscal spécial – celui qui est applicable aux sociétés d’investissement en capital à risque (SICAR) et sont donc exonérés de la taxe d’abonnement.
  • Tous droits réservés Les fonds d’investissement alternatifs structurés sous la forme d’une société à responsabilité limitée (SARL), d’une société anonyme (SA ) et d’une société en commandite par actions (SCA) qui optent pour un régime fiscal spécial seront entièrement imposables, ce qui leur permet d’avoir accès aux conventions de double imposition. En outre, ces structures juridiques peuvent également être exemptées de tous les revenus et gains en capital réalisés sur des titres.
  • Tous les revenus générés par des investissements en capital-risque en attente sont également exemptés, étant donné que les liquidités seront investies en capital-risque dans un délai de 12 mois.
  • Les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIFs) qui choisissent de bénéficier d’un régime fiscal spécial peuvent être exonérés de l’impôt sur la fortune, à l’exception du paiement de l’impôt minimum sur la fortune applicable aux sociétés luxembourgeoises pleinement imposables.
  • Les fonds d’investissement alternatifs réservés établis sous la forme d’une société en commandite (SCS) ou d’une société en commandite spéciale (SCSp) sont réputés être totalement transparents sur le plan fiscal, ce qui les exonère des impôts directs imposés par le Parlement luxembourgeois.
  • Les structures parapluie au sein d’un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) ne peuvent pas choisir un régime fiscal spécial. Il est donc impossible d’avoir un régime fiscal spécial pour chaque structure parapluie, où certains compartiments sont soumis au régime fiscal général tandis que d’autres sont soumis à un régime fiscal spécial.

Les commissaires aux comptes d’un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) qui a choisi le régime fiscal spécial doivent soumettre un rapport à la fin de chaque exercice financier vérifiant qu’un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) a investi en capital-risque sur une période donnée. Le rapport sera déposé auprès de l’administration des impôts directs du Luxembourg.

9. Pourquoi les fonds d’investissement alternatifs réservés doivent-ils respecter le principe de la répartition des risques ?

Les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF), à l’exception de ceux qui investissent dans le capital-risque et qui ont opté pour un régime fiscal spécial, sont tenus d’adhérer au principe de répartition des risques.

  • Il n’existe pas de directives fixes en termes de niveau minimum de diversification à respecter dans un portefeuille de fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF).
  • Un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) ne peut pas investir plus de 30% de ses actifs bruts dans une seule classe d’actifs.
  • La restriction de 30 % n’est pas applicable aux investissements en titres garantis par un État membre de l’OCDE ou par des autorités locales au sein de l’UE, ou par des organismes publics ayant une portée communautaire, régionale ou mondiale.
  • La restriction de 30 % est également levée pour les initiatives d’investissement collectif qui sont évaluées avec des exigences de diversification des risques pour les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF) applicables.
  • Les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIFs) investissant dans les infrastructures bénéficient d’un assouplissement de l’exigence de diversification des risques. Ils sont considérés comme suffisamment diversifiés s’ils ont au moins deux investissements sans qu’aucun investissement ne représente plus de 75 % de leurs actifs bruts.

1. Quelles sont les conditions requises pour la constitution d’un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) ?

Les documents constitutifs dépendront de la structure d’un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) :

  • Règlement de gestion du fonds commun
  • Statuts de la société à responsabilité limitée (SARL), de la société anonyme (SA) ou de la société en commandite par actions (SCA)
  • Contrat de société en commandite pour les sociétés en commandite simple (SCS) et les sociétés en commandite spéciale (SCSp)
  • Les statuts sont établis par un acte notarié.
  • Les règlements de gestion et les accords de partenariat limité sont généralement établis par une main privée.
  • La création d’un fonds d’investissement alternatif réservé (FIA) doit être enregistrée par acte notarié dans les cinq jours ouvrables suivant sa création.
  • La constitution d’un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) doit être publiée dans les 15 jours suivant son enregistrement par acte notarié, ainsi que la détermination de sa nomination en tant que gestionnaire de fonds d’investissement alternatif (AIFM).
  • Tous les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIFs) sont officiellement inscrits au registre du commerce et des sociétés du Luxembourg dans les 20 jours ouvrables suivant l’enregistrement de l’acte notarié.

10. D’autres structures d’investissement peuvent-elles être converties en un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) ?

  • Partie II Organismes de placement collectif (OPC) Fonds d’investissement spécialisé (FIS), et société d’investissement en capital-risque peut se convertir en Fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) pour profiter de sa rapidité de mise sur le marché en cas de lancement de compartiments.
  • Les sociétés en commandite non réglementées peuvent se convertir en fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) afin de bénéficier de sa structure parapluie.
  • La conversion des fonds réglementés est généralement soumise à l’approbation de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF), à la modification des documents constitutifs du fonds et à la modification du prospectus du fonds.
  • La conversion d’une société en commandite non réglementée en un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) nécessite des modifications apportées au contrat de société en commandite.
  • Il est également possible de convertir une entité non luxembourgeoise en un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF), à condition que la re-domiciliation autorisée soit permise par les lois existantes de leur pays d’origine. Si ce n’est pas le cas, la conversion en un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) peut être imposée par le biais d’apports en nature, d’une fusion ou d’un autre mécanisme.
  • La conversion n’est autorisée que si une entité est entièrement conforme à la directive sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (AIFMD) par la nomination d’un gestionnaire de fonds dûment autorisé fonctionnant comme un gestionnaire de fonds d’investissement alternatif externe.

En tant que société de conseil indépendante et réputée, Damalion sera votre partenaire de confiance pour faire des affaires au Luxembourg. Vous pouvez compter sur les conseils avisés de notre équipe d’experts Damalion pour vous fournir toutes les informations nécessaires pour prendre des décisions d’investissement bien informées, qu’il s’agisse de créer un fonds d’investissement alternatif réservé ou une autre structure d’investissement telle qu’un véhicule de titrisation. Grâce à notre vaste réseau de prestataires de services au Luxembourg, à nos années d’expérience sur le marché et à notre meilleure compréhension du paysage de l’investissement au Luxembourg, vous pouvez être assuré que nous aurons toujours à cœur de défendre vos intérêts. Contactez un expert de Damalion dès aujourd’hui si vous souhaitez en savoir plus sur notre gamme complète de services de conseil.

Ces informations ne sont pas destinées à remplacer un conseil fiscal ou juridique individualisé. Nous vous suggérons de discuter de votre situation spécifique avec un conseiller fiscal ou juridique qualifié.