Fonds d'investissement blockchain au Luxembourg - Damalion - Independent consulting firm.
Sélectionner une page

La Fintech ébranle peu à peu les fondements mêmes des services de financement traditionnels au Luxembourg. En fait, la blockchain à elle seule est rapidement reconnue comme un changeur de jeu, transformant les transactions, la comptabilité, l’échange de devises et d’autres services financiers cruciaux.

Alors que la popularité du crypto-funding ne cesse de croître, la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) a publié des orientations en réponse aux questions fréquemment posées sur les actifs virtuels au Luxembourg. Alors que les crypto-monnaies deviennent un investissement populaire auprès des investisseurs luxembourgeois et étrangers, la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) vise à encadrer et à promouvoir cette innovation de pointe dans le secteur financier du pays.

Voici les directives générales en matière de financement des actifs virtuels au Luxembourg. En outre, les lignes directrices ont été conçues pour les organismes de placement collectif, permettant à la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) de répondre aux questions relatives aux investissements en crypto-monnaies, ainsi qu’à la gestion correcte et efficace des fonds d’investissement virtuels. Il s’agit notamment de conseils sur le profil de l’investisseur, les autorisations requises et les réglementations visant à prévenir les risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme au Luxembourg.

Fonds d’investissement alternatifs pour le financement des actifs virtuels

  • La Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) a pleinement intégré les défis posés par les innovations financières apportées par les actifs virtuels.
  • Le Luxembourg est impatient d’ouvrir son industrie financière en adoptant une approche ouverte et prudente basée sur le risque lorsqu’il s’agit de réglementer une nouvelle classe d’actifs pour les professionnels et les investisseurs réguliers.

Un large éventail d’actifs numériques

La Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) s’est penchée sur les problèmes potentiels auxquels les investisseurs et les professionnels de la finance peuvent être confrontés lors de l’utilisation d’actifs virtuels dans le cadre d’une stratégie de diversification de portefeuille. La réglementation concernant les actifs numériques est plus complexe, car elle couvre un large éventail d’actifs virtuels et de monnaies du nouvel âge.

Voici quelques lignes directrices en matière de crypto-funding au Grand-Duché :

  • Si les jetons numériques peuvent utiliser le même grand livre numérique, la même blockchain, la même technologie et la même cryptographie, ils peuvent servir une foule d’objectifs, notamment l’investissement, le paiement ou même refléter un ou plusieurs paniers d’actifs.
  • Dans certains cas, les jetons numériques peuvent également relever de la définition d’un instrument financier. Ils peuvent être non fongibles et non interchangeables et peuvent même être utilisés pour financer des projets tels que la création d’une nouvelle crypto-monnaie ou la tokenisation de biens immobiliers au Luxembourg.
  • Les caractéristiques spécifiques d’une classe d’actifs déterminent les opportunités et les risques qu’elles présentent pour les investisseurs.
  • Toute entité juridique qui envisage des activités d’investissement impliquant des actifs numériques doit mener sa propre diligence raisonnable en ce qui concerne la liquidité, la technologie, la volatilité et les contreparties.
  • En outre, les investisseurs doivent évaluer la réputation d’une crypto-monnaie pour avoir une idée claire des avantages et des risques potentiels de ce nouveau type d’investissement.
  • Les personnes morales et les investisseurs privés doivent procéder à une évaluation approfondie de leur appétit pour le risque dans tous les domaines d’activité afin de prendre une décision d’investissement sensée et bien informée.
  • Les entreprises existantes sont encouragées à adapter leurs opérations commerciales aux futures exigences réglementaires qui pourraient inclure des actifs virtuels tels que les jetons numériques.
  • Les investisseurs luxembourgeois doivent tenir compte de la réglementation à venir des marchés européens en matière de crypto-actifs qui implique la réglementation de certains types d’actifs numériques qui ne sont pas inclus dans la réglementation existante.

Implications du Crypto-Funding pour les OPCVM, les AIFS et les initiateurs au Luxembourg

  • Les investissements dans des actifs virtuels tels que les crypto-monnaies, tels que définis par la loi sur la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme du 12 novembre 2004, ne sont pas adaptés à tous les types d’investisseurs ou d’initiatives d’investissement.
  • Lesorganismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM ) et autres fonds ciblant les investisseurs non professionnels ou amateurs et les fonds de pension ne peuvent pas investir directement ou indirectement dans des actifs virtuels.
  • Les actifs classés dans la catégorie des instruments financiers, tels que les actions de sociétés actives dans l’écosystème des actifs virtuels, ne sont pas soumis à des restrictions. Ils peuvent donc être utilisés comme investissements éligibles pour les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) .
  • Les investissements dans les actifs numériques au titre de la loi sur la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme peuvent être compatibles avec les fonds destinés aux investisseurs avertis, tant que les investissements n’entravent pas ou ne découragent pas l’application et le respect des exigences réglementaires existantes.
  • Un fonds d’investissement alternatif avec un gestionnaire de fonds d’investissement alternatif (AIFM) autorisé peut investir directement ou indirectement dans des actifs virtuels au Luxembourg. Cela peut être autorisé si les actions ou les parts du fonds sont commercialisées uniquement auprès d’investisseurs avertis. En outre, un gestionnaire de fonds d’investissement alternatif doit obtenir une extension d’autorisation de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) pour une toute nouvelle stratégie d’investissement.
  • La Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) souligne également la pertinence de l’intégration des actifs virtuels dans la politique d’investissement et d’activités de contrôle interne adéquates.
  • Les gestionnaires d’investissement doivent procéder à une évaluation approfondie de l’impact des investissements en actifs virtuels sur le profil de risque du fonds. La diligence raisonnable de la part des gestionnaires garantira la transparence et l’actualité de la documentation du fonds.
  • Les gestionnaires de fonds d’investissement autorisés, qu’il s’agisse de fonds alternatifs réglementés ou non réglementés, qui souhaitent investir dans des actifs virtuels doivent obtenir une autorisation préalable de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF). Ils doivent fournir une documentation complète, y compris la description du projet, les prestataires de services impliqués, la classification selon la nature directe ou indirecte de l’investissement, ainsi qu’une mise à jour des politiques de gestion des risques et d’évaluation.
  • En outre, les gestionnaires de fonds d’investissement autorisés doivent soumettre une description de l’expérience du portefeuille et des autres entités qui seront impliquées dans le processus de gestion des investissements.
  • Un crypto-fonds doit soumettre une description du rôle du dépositaire, des informations sur les investisseurs potentiels, les canaux de distribution et une analyse des actifs en vertu de la loi sur le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.
  • Les initiateurs de crypto-fonds doivent présenter au préalable son projet à la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF), en détaillant comment le gestionnaire d’investissement et les autres participants contrôlent les actifs virtuels grâce à l’accès aux clés cryptographiques. Les initiateurs doivent présenter une analyse des services à fournir pour les activités relevant de l’article 1 (20c) de la loi sur le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.
  • Les gestionnaires d’investissement qui se lancent dans les crypto-fonds doivent demander à la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) un enregistrement formel pour être catégorisés comme prestataire de services virtuels avant de se lancer.
  • Étant donné que l’investissement dans les actifs virtuels est susceptible d’accroître le risque de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme d’une entité de surveillance, la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) doit mettre en œuvre les bonnes séries de mesures d’atténuation.

La popularité du Crypto-Funding au Luxembourg

En 2021, le marché des crypto-monnaies a inspiré de nombreux gestionnaires d’investissement à considérer le Luxembourg comme l’endroit idéal pour établir un fonds d’investissement alternatif.

Un crypto-fonds au Luxembourg commence par une offre initiale de pièces de monnaie. Ce processus implique la préparation de documents, comprenant les informations essentielles concernant le projet. Les éléments essentiels de la mise en place d’un crypto-fonds sont les suivants :

  • Informations sur les détails et le calendrier du projet
  • Montant du capital requis
  • Jetons
  • Dividende à payer par jeton aux investisseurs

La commercialisation du fonds cryptographique est l’étape suivante du processus de création d’un fonds cryptographique. Un initiateur de fonds fera la promotion du projet pour collecter le capital nécessaire.

Les crypto-fonds au Luxembourg peuvent être constitués sous la forme d’une société en commandite spéciale (SCSp).

  • L’avantage de créer un crypto-fonds en tant que société en commandite spéciale est qu’il n’est pas réglementé sous le seuil de capital de 100 000 000 d’euros.
  • Il n’y a pas d’exigences en matière de dépositaire.
  • Aucun gestionnaire réglementé n’est nécessaire.
  • Ne nécessite pas l’approbation de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF).
  • Il n’est pas nécessaire d’ouvrir un compte bancaire au Luxembourg.
  • Il n’est pas nécessaire de désigner un commissaire aux comptes pour le fonds cryptographique.

Un fonds cypto peut également être établi en tant que fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF).

  • La mise en place et l’enregistrement d’un crypto-fonds sous la forme d’un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) sont simples et directs.
  • Un crypto-fonds sous la forme d’un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) bénéficie d’une plus grande flexibilité et d’une plus grande transparence fiscale.
  • Un crypto-fonds constitué en tant que fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF ) peut être réalisé en quelques semaines seulement.
  • Les véhicules de titrisation peuvent également être utilisés pour convertir les crypto-monnaies en certificat.

Damalion fournit des solutions de conseil d’experts qui sont nécessaires pour la mise en place et l’enregistrement des crypto-fonds au Luxembourg. Nous visons à promouvoir les connaissances de l’industrie financière sur la blockchain et les opportunités de crypto-funding auprès des entités juridiques et des investisseurs privés étrangers. Nous disposons d’un réseau mondial de services spécialisés qui facilitera le processus d’établissement de votre forme juridique préférée. Si vous souhaitez en savoir plus sur la création et l’enregistrement des crypto-fonds au Luxembourg, contactez un expert de Damalion dès aujourd’hui.

Ces informations ne sont pas destinées à remplacer un conseil fiscal ou juridique individualisé. Nous vous suggérons de discuter de votre situation spécifique avec un conseiller fiscal ou juridique qualifié.