Sélectionner une page

Bureau de Damalion Costa Rica

Faire des affaires au Costa Rica

Réputé pour son climat d’affaires exceptionnel, fondé sur une tradition démocratique distinguée, et pour sa stabilité économique, le Costa Rica est un pays engagé dans la croissance économique et le développement social, ce qui a orienté son économie vers la diversification.

Le Costa Rica est l’un des pays d’Amérique latine les mieux classés dans l’indice de stabilité politique, il a bénéficié de décennies de stabilité économique tout au long de sa démocratie et il jouit également d’une position géographique privilégiée en Amérique.

Tous ces éléments, ainsi que quelques autres incitations, sont quelques-unes des raisons pour lesquelles les investisseurs et les entrepreneurs étrangers restent attirés par ce pays.

Avantages de faire des affaires au Costa Rica

  • Le Costa Rica dispose de politiques commerciales qui facilitent et consolident l’intégration du pays dans l’économie internationale, ce qui est très avantageux pour les investisseurs.
  • Avec une main-d’œuvre jeune, qualifiée et bilingue, un taux d’alphabétisation de plus de 97 % et la gratuité de l’enseignement, le Costa Rica possède l’un des systèmes éducatifs les plus solides de toute l’Amérique latine.
  • La qualité de vie au Costa Rica est élevée, c’est aussi l’un des pays les plus sûrs d’Amérique latine, avec un excellent système de soins médicaux.
  • Le Costa Rica est un pont qui unit les Amériques – le Sud, le Nord et le Centre. Elle dispose également d’un accès au Pacifique et aux Caraïbes, ce qui offre des solutions logistiques aux importateurs et aux exportateurs.
  • Le Costa Rica dispose d’un gouvernement stable et de traditions démocratiques qui en ont fait un leader dans la région de l’Amérique latine pour les affaires internationales.
  • Le Costa Rica n’impose aucune restriction aux réinvestissements et a également atteint les normes internationales en matière de protection des droits de propriété intellectuelle.
  • En outre, le Costa Rica est souvent associé au développement durable et à des politiques environnementales respectueuses, ce qui le place parmi les pays idéaux pour investir dans le développement durable.
SYSTÈME JURIDIQUE

Le système juridique du Costa Rica peut être considéré comme un style de droit romano-germanique dérivé principalement du Code Napoléon. Il reconnaît étroitement le système de droit civil et non un système fédéral.

Sa structure politique et juridique comprend trois branches principales : Législatif, Exécutif et Judiciaire.

Choix de l’entité au Costa Rica

Bien qu’il puisse y avoir certaines restrictions nominales en fonction du domaine particulier de l’investissement, par exemple les investissements dans les zones maritimes, au Costa Rica, il n’y a pas de restrictions concernant les investissements étrangers. Il n’y a pas non plus de limites à l’activité commerciale avec certains pays.

Les entrepreneurs et les investisseurs qui souhaitent faire des affaires doivent créer une société au Costa Rica. Les principaux types de structures d’entreprise que les investisseurs peuvent établir au Costa Rica sont décrits ci-dessous :

  • Société anonyme (Sociedad Anónima),
  • Société à responsabilité limitée (Sociedad de Responsabilidad Limitada),
  • Société en commandite simple (Sociedad en Comandita Simple),
  • Société en nom collectif (Sociedad en Nombre Colectivo),
  • Entreprise individuelle à responsabilité limitée (Empresa Individual de Responsabilidad Limitada),
  • Société par actions (Sociedad en Comandita por Acciones), et
  • Joint-Venture (Sociedades de Hecho) (ce type de société n’est pas expressément prévu par la loi costaricienne, mais il est considéré comme valable pour les associations commerciales).

Les plus courantes sont les suivantes :

Sociedad Anonima (Société anonyme)

Il s’agit de la structure d’entreprise la plus utilisée au Costa Rica. Elle est similaire à une société aux États-Unis.

Caractéristiques

  • Elle requiert un minimum de deux actionnaires, trois membres du conseil d’administration et un agent résident pour son établissement.
  • Le capital peut être divisé en autant d’actions que l’investisseur le souhaite.
  • Ses actions sont caractérisées par des documents physiques et plusieurs d’entre elles peuvent être incluses dans un certificat.
  • Ses représentants légaux sont responsables de toute action entreprise contre l’intérêt de la société et de ses actionnaires.
  • Il faut trois livres de comptes et trois livres comptables.

Sociedad de Responsabilidad Limitada (Société de responsabilité limitée)

Cette structure commerciale est plus simple que la Sociedad Anónima et est comparable à une société à responsabilité limitée aux États-Unis.

Caractéristiques

  • Il suffit que deux personnes soient actionnaires, il n’y a pas non plus de conseil d’administration et, en général, aucun agent résident n’est nécessaire pour sa création.
  • Ses actions ne peuvent être transférées à des non-actionnaires sans l’accord préalable des autres actionnaires.
  • Son administration ne nécessite qu’une seule personne (le gestionnaire).

Branches

Toute entité étrangère peut établir une succursale au Costa Rica, qui est une expansion d’une société étrangère.

Caractéristiques

  • Elle est considérée comme la même que la société mère et exerce les fonctions de cette dernière, mais peut fonctionner de manière indépendante.
  • Elle doit avoir une adresse de siège social au Costa Rica.
  • La société mère doit enregistrer une convention d’actionnaires dans le registre national du Costa Rica.
  • Elle doit nommer un représentant légal dans le pays pour les activités de la société.

Vous êtes intéressé par l’enregistrement d’une société au Costa Rica ? Contactez votre expert Damalion dès maintenant.

BANQUE

Banque centrale

La Banque centrale du Costa Rica (BCCR – Banco Central de Costa Rica) est la banque centrale du Costa Rica.

La BCCR est une institution indépendante dont l’objectif principal est de maintenir la stabilité externe et interne de la monnaie nationale et de garantir sa libre conversion vers d’autres monnaies. En plus de fournir des services bancaires au gouvernement costaricien et aux institutions financières, elle facilite également un système stable d’efficacité et d’intermédiation financières.

Banques commerciales

Le système financier costaricien est composé de plusieurs banques, dont deux banques commerciales publiques et onze banques commerciales privées, une banque de travailleurs et une banque hypothécaire publique, entre autres, toutes placées sous le contrôle de la Superintendance des institutions financières (SUGEF – Superintendencia General de Entidades Financieras), qui est, à son tour, une division semi-indépendante de la Banque centrale.

La SUGEF est également chargée de veiller à la stabilité, à la solidité et au bon fonctionnement du système financier national.

Compte bancaire au Costa Rica

Si vous envisagez de vous installer au Costa Rica et d’y vivre à long terme, un compte bancaire vous sera utile. Elle vous évitera d’avoir à assumer de lourdes responsabilités financières, tout en vous offrant un confort financier.

Pour ouvrir un compte bancaire au Costa Rica, vous devez commencer par choisir une banque et un compte bancaire appropriés. Les banques du Costa Rica se répartissent en deux secteurs : les banques publiques et les banques privées. Le choix dépendra de vos besoins et de votre situation, car les politiques relatives à l’ouverture d’un compte bancaire au Costa Rica varient d’une banque à l’autre. Par exemple, les banques privées costariciennes exigent que vous ayez vécu dans le pays pendant un certain temps avant de pouvoir ouvrir un compte.

Après avoir choisi la banque et le compte appropriés, il faut préparer les documents requis, qui varient d’une banque à l’autre au Costa Rica.

Si vous résidez au Costa Rica, vous devrez généralement présenter une pièce d’identité, un dépôt minimum, un justificatif de domicile, un justificatif de revenus et trois mois de relevés bancaires de votre banque actuelle. Notez que certaines transactions financières sont payantes et que si vous êtes un ressortissant étranger sans permis de séjour, les banques du Costa Rica peuvent imposer des limites à votre compte.

Avez-vous besoin d’aide pour ouvrir un compte bancaire au Costa Rica ? Contactez votre expert Damalion dès maintenant.

IMMIGRATION

Le Costa Rica est souvent considéré comme l’un des pays les plus heureux du monde, ce qui a incité de nombreux expatriés à s’y installer. Des plages spectaculaires, un mode de vie agréable et des habitants accueillants contribuent à la popularité du pays, ce qui a incité de nombreux étrangers à y immigrer. Mais en tant qu’étranger souhaitant immigrer et vivre dans ce beau pays, un permis de séjour est nécessaire.

Résidence au Costa Rica

Tout étranger souhaitant séjourner au Costa Rica pour une période supérieure à 90 jours doit obtenir un permis de séjour au Costa Rica, quelle que soit sa nationalité. Ce permis de séjour permet à son titulaire de rester dans le pays à long terme dans le but de travailler, de prendre sa retraite ou de rejoindre un parent, entre autres.

Types de permis de séjour au Costa Rica

Temporaire :

Un permis de séjour temporaire au Costa Rica est délivré aux personnes souhaitant séjourner temporairement au Costa Rica, généralement dans le but d’obtenir une résidence permanente. Les sous-catégories de permis de séjour temporaire au Costa Rica sont les suivantes :

  • Pensionado (pour les retraités)
  • Rentista (pour les rentiers)
  • Inversionista (pour les investisseurs)
  • Pour les travailleurs (travailleurs indépendants spécialisés et travailleurs en relation avec la dépendance)
  • Pour les scientifiques, les professionnels, les stagiaires et les techniciens spécialisés, et pour les personnes suivantes
  • Athlètes et travailleurs religieux

Permanent :

Ce permis est délivré aux personnes qui ont un membre de leur famille costaricienne lié par le sang, ou aux personnes qui ont vécu au Costa Rica pendant au moins trois ans en vertu d’un permis de séjour temporaire.

Permis de séjour au Costa Rica pour les retraités, les rentiers et les investisseurs

Parmi les permis de séjour temporaires, les plus couramment délivrés sont les visas Pensionado (pour les retraités), Rentista (pour les rentiers) et Inversionista (pour les investisseurs).

  • Visa de résidence pour les retraités au Costa Rica

Pour bénéficier de ce type de visa, le demandeur doit percevoir un certain montant minimum par mois provenant d’un plan de retraite ou d’une source de pension éligible, et ce montant doit être payé au Costa Rica.

  • Visa de résidence Rentista au Costa Rica

Pour bénéficier de ce type de visa, le demandeur doit prouver qu’il dispose d’un revenu stable d’un certain montant par mois provenant d’une source extérieure (par exemple, un investissement) et qu’il continuera à en disposer pendant au moins deux ans. Pour la résidence rentista, le demandeur doit également prouver qu’il continue à percevoir des revenus tous les cinq ans.

  • Visa de séjour Inversionista au Costa Rica

Pour bénéficier de ce type de visa, le demandeur doit investir un minimum de 200 000 USD au Costa Rica, que ce soit dans une entreprise en activité, dans l’immobilier ou dans des projets d’intérêt fédéral.

Statut de résident permanent au Costa Rica

Après deux ans de résidence temporaire au Costa Rica, un ressortissant étranger peut demander la résidence permanente et, à terme, la citoyenneté. La résidence permanente au Costa Rica peut également être demandée si les ressortissants étrangers épousent un citoyen costaricien ou si des membres de leur famille au premier degré sont citoyens costariciens.

REGIME FISCAL

L’autorité principale en matière de fiscalité est le ministère des finances, et cette autorité est divisée entre l’administration générale des douanes et l’administration générale des impôts.

Toute entité juridique établie au Costa Rica, toute personne physique domiciliée au Costa Rica et tout établissement permanent ou succursale au Costa Rica sont assujettis à l’impôt. Mais l’imposition des personnes physiques au Costa Rica est basée sur le principe de territorialité. Cela indique que seuls les revenus provenant de sources costariciennes sont soumis à l’impôt sur le revenu. Les contribuables n’auront pas à payer d’impôts sur leurs revenus de la sécurité sociale, leurs revenus d’investissement, leurs pensions, etc.

Types d’impôts au Costa Rica

  • Impôt sur le revenu des personnes physiques

L’impôt sur le revenu des personnes physiques (Impuesto de Renta) est imposé sur les revenus provenant d’activités commerciales menées au Costa Rica. Cet impôt ne concerne que les personnes qui ont un emploi ou une entreprise au Costa Rica. Le taux d’imposition est progressif et se situe entre 0 et 25 %.

  • Impôt sur le revenu des sociétés

Cet impôt s’appliquait aux entreprises qui généraient des bénéfices au Costa Rica et à partir de sources costariciennes. Le taux de l’impôt sur les sociétés au Costa Rica est de 30 %.

  • Impôt sur les plus-values

Les gains en capital provenant de la vente d’actifs au Costa Rica sont imposables à un taux de 15 %.

  • Impôt à la source

Les revenus et les paiements d’intérêts au Costa Rica sont soumis à une retenue à la source de 15 %, tandis que les redevances sont soumises à un taux de 25 %.

  • Taxe sur la valeur ajoutée (TVA)

La TVA au Costa Rica s’applique à toutes les ventes de biens et de services dans le pays. Son taux normal est de 13 %, mais il existe un taux réduit de 4 %, 2 % et 1 % sur certains biens et services. Au Costa Rica, la TVA doit être déclarée au cours des 15 premiers jours de chaque mois.

  • Impôt foncier

Au Costa Rica, l’impôt foncier (terrains, bâtiments et autres structures permanentes) est prélevé au taux de 0,25 % sur la valeur estimée, qui est déterminée par les autorités municipales.

  • Droits de mutation immobilière au Costa Rica

Au Costa Rica, cet impôt est prélevé lors du transfert de la propriété et s’élève à 1,5 % de la valeur fiscale estimée de la propriété.

Traités de double imposition

Le Costa Rica ne dispose pas d’un vaste réseau de conventions de double imposition, à l’exception de celles conclues avec l’Allemagne, le Mexique et l’Espagne.

Certains, comme le Mexique, sont en cours de négociation et ne sont pas encore entrés en vigueur.

D’autre part, le Costa Rica a signé des accords d’échange de renseignements fiscaux avec les juridictions suivantes : Afrique du Sud, Argentine, Canada, Danemark, Australie, Corée du Sud, Équateur, Espagne, Finlande, El Salvador, France, Groenland, Guatemala, Guernesey, Honduras, Islande, Norvège, Mexique, Nicaragua et Suède.

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Le Costa Rica s’est engagé à protéger la propriété intellectuelle et a réussi à consolider les normes mondiales de protection des droits de propriété intellectuelle. Elle suit les pratiques habituelles en termes de complexité, de coût et d’étapes impliquées dans le maintien de la protection des droits de propriété intellectuelle. Le pays reconnaît également les principales conventions et traités multilatéraux pour la sécurité et l’application des brevets, des marques, des droits d’auteur et d’autres formes de droits de propriété intellectuelle. En tant que membre de l’OMPI (Organisation mondiale de la propriété intellectuelle), le Costa Rica met en œuvre tous les accords et traités qu’il a signés.

Parmi les droits reconnus et protégés par les lois costariciennes sur la propriété intellectuelle, on peut citer les suivants :

Brevets

  • Un brevet confère le droit exclusif à une invention et accorde des licences à des tiers approuvant l’utilisation de l’invention.
  • Les brevets sont accordés aux nouvelles inventions, qui ont un niveau créatif et sont susceptibles d’une application industrielle.
  • En ce qui concerne la protection des inventions par brevet, le Costa Rica est membre du Traité de coopération en matière de brevets.
  • Le registre de la propriété industrielle est l’autorité habilitée à enregistrer les brevets au Costa Rica.
  • La durée de protection d’un brevet au Costa Rica est de 20 ans.

Marques commerciales

  • Une marque est un signe qui distingue les produits ou services d’une personne ou d’une firme ceux d’autres personnes ou firme de la même catégorie.
  • Les marques ne doivent pas créer de confusion avec une autre marque déjà enregistrée. Il ne doit pas non plus être générique en ce qui concerne les produits ou services qu’il inclut.
  • Pour protéger les produits ou les services, ils doivent être protégés par une marque. Au Costa Rica, les marques sont enregistrées auprès du département des marques du registre de la propriété industrielle.
  • Au Costa Rica, les marques sont protégées pendant dix ans et peuvent être renouvelées.

Dessins ou modèles enregistrés

  • Le dessin industriel fait référence à des dessins ou des modèles qui peuvent être des lignes et des couleurs ou des maquettes.
  • Le registre de la propriété industrielle est l’autorité habilitée à enregistrer les dessins et modèles industriels au Costa Rica.
  • Les dessins et modèles sont assurés pendant cinq ans, mais les dessins et modèles non enregistrés ne sont pas protégés.

Droit d’auteur

  • Le droit d’auteur au Costa Rica couvre les œuvres littéraires et artistiques, notamment les livres, les films, la musique, les pièces de théâtre, les romans, etc.
  • Les droits d’auteur protègent l’auteur ou le propriétaire des droits liés à ces œuvres artistiques.
  • Les droits d’auteur sont reconnus aux auteurs par de simples aspects de leur création.
  • Les droits d’auteur comprennent les droits moraux et patrimoniaux et sont enregistrés par le registre public costaricien au registre des droits d’auteur.
  • La protection du droit d’auteur a une durée de 70 ans à compter du décès de l’auteur.
TRAVAIL ET EMPLOI

Au Costa Rica, le droit du travail est régi par le ministère du travail et de la sécurité sociale, mais le principal texte de loi régissant les relations de travail dans ce pays est le code du travail. Le code s’applique à toute relation de travail en vigueur au Costa Rica, et les droits accordés aux employés en vertu du code du travail ne peuvent pas être abandonnés.

Types de contrats de travail au Costa Rica

Les contrats de travail sont obligatoires au Costa Rica. Ces contrats doivent être rédigés dans la langue locale. Il doit également préciser les conditions de rémunération, les avantages et les modalités de licenciement de l’employé.

Les principaux types de contrats de travail au Costa Rica sont les suivants :

  • Contrat de travail à durée indéterminée : ce type de contrat a une durée indéterminée et ne prend fin que lorsque l’employeur et l’employé en conviennent mutuellement ou lorsque l’un d’eux a le droit de résilier le contrat unilatéralement.
  • Contrat à durée déterminée : ce type de contrat de travail est créé pour une période limitée et uniquement dans des circonstances qui nécessitent un tel accord. Ce type de contrat ne peut durer plus d’un an.

Prestations sociales au Costa Rica

  • Heures de travail : au Costa Rica, les journées de travail sont réparties en équipes de jour (8 heures par jour ; 48 heures par semaine), équipes de nuit (6 heures par jour ; 36 heures par semaine) et équipes mixtes (7 heures par jour ; 42 heures par semaine).

Certains salariés peuvent travailler plus longtemps que le maximum de huit heures par jour, mais ne doivent pas travailler plus de 12 heures par jour.

Les salariés peuvent effectuer des heures supplémentaires, mais les employeurs ne peuvent pas exiger plus de quatre heures supplémentaires par jour. Le dépassement du temps de travail est soumis à un paiement supplémentaire.

Congé en vertu du droit du travail costaricien

  • Congé de maternité et de paternité : les employées enceintes bénéficient d’un congé de maternité payé de quatre mois (un mois avant la naissance de l’enfant et trois mois après). Cette durée peut être prolongée à la demande d’un professionnel de la santé agréé. Il n’y a pas de congé de paternité obligatoire au Costa Rica, mais les pères qui travaillent dans le secteur public bénéficient de huit jours de congé de paternité rémunérés.
  • Vacances : le code du travail du Costa Rica prévoit deux semaines de vacances pour 50 semaines de travail. Ces jours de vacances doivent être des jours de travail normaux.
  • Congé de maladie : la durée du congé de maladie est déterminée par la caisse de sécurité sociale (connue sous le nom de Caja – ce système fournit également aux employés des soins de santé gratuits, des pensions d’invalidité, des congés de maladie et des prestations de retraite), en fonction de l’affection dont souffre l’employé. Ce fonds de sécurité sociale couvrira la moitié du salaire de l’employé pendant ses trois premiers jours de congé et l’employeur couvrira le reste. Mais à partir du quatrième jour, le fonds couvrira 60 % du salaire de l’employé et l’employeur n’aura aucune obligation légale de prendre en charge le reste.
  • Congé de deuil : il n’existe pas de loi spécifique concernant le congé de deuil au Costa Rica. Cela doit être négocié entre l’employé et l’employeur.
  • Indemnités de licenciement : le licenciement au Costa Rica doit être justifié. Et si les employés sont licenciés sans motif, ils auront droit à une indemnité de licenciement.

Êtes-vous prêt à entrer sur le marché costaricien ?

Votre expert Damalion est là pour vous. Nous fournissons une aide intégrée à l’entrée sur le marché et un soutien supplémentaire aux investisseurs, aux entrepreneurs et aux sociétés dans le monde entier, sans se limiter à l’Amérique latine.

Nous fournissons également plusieurs solutions commerciales intégrales, y compris la conformité, la gestion des entités, la comptabilité, la fiscalité, l’aide à la paie, et bien d’autres encore à travers le monde.

Si vous souhaitez en savoir plus sur nos services et sur la manière dont nous pouvons vous aider à faire de votre entreprise costaricienne un succès, contactez-nous dès aujourd’hui.

11 + 1 =

Vous souhaitez en savoir plus sur le bureau Damalion Costa Rica ?

Damalion vous offre des conseils sur mesure fournis par des experts directement opérationnels dans les domaines qui posent problème à votre entreprise.

Nous vous conseillons de donner les meilleures informations possibles, afin que nous puissions qualifier votre demande et vous répondre dans les 8 heures qui suivent.