Sélectionner une page

Bureau de Damalion République tchèque

Faire des affaires en République tchèque

Les investisseurs étrangers sont autorisés à mener des activités commerciales qui comprennent le commerce, l’acquisition de biens immobiliers et d’autres dispositions qui sont applicables aux entreprises locales. Après quatre décennies de régime communiste, la République tchèque est lentement passée d’une économie planifiée à une économie de marché inspirée par la révolution de velours de 1989. Depuis 1990, la République tchèque est un lieu attrayant pour les investissements étrangers. Son potentiel de croissance s’est encore accru lorsqu’elle a officiellement rejoint et harmonisé ses lois avec celles de l’Union européenne le 1er mai 2004.

Les avantages des investissements directs étrangers en République tchèque

  • La République tchèque est un membre actif de l’Union européenne.
  • Il dispose d’un système bancaire central indépendant et solide qui régit une monnaie stable.

Elle garantit au pays un accès facile aux marchés européens ainsi que des relations positives avec d’autres pays en dehors de l’Europe.

  • Un secteur financier stable qui a fait preuve d’une incroyable résilience lors de la récente crise.
  • Les dépenses publiques globales à un niveau contrôlé et satisfaisant.
  • enregistre l’un des taux de chômage les plus bas d’Europe, créant ainsi un environnement idéal et attractif pour les investisseurs étrangers.
  • Une réputation de longue date de forte production industrielle.
  • Une main-d’œuvre de qualité à un coût intermédiaire élevé.
  • Situé au centre de l’Europe

Une fois que vous êtes enfin décidé à faire des affaires en République tchèque, il y a beaucoup de choses que vous devez régler pour réussir à créer une entreprise dans le pays. Vous trouverez ci-dessous la liste de toutes les conditions à remplir pour créer une entreprise en République tchèque.

ÉTABLIR UNE PRÉSENCE COMMERCIALE

Les investisseurs étrangers et les entreprises qui cherchent à s’implanter en République tchèque peuvent choisir parmi une multitude d’options. Selon le code civil et la loi sur les sociétés commerciales, les principales formes juridiques de sociétés par lesquelles les entreprises peuvent être exploitées dans le pays sont les suivantes :

  1. Société à responsabilité limitée

Une société à responsabilité limitée est une société dont le capital social est formé par les apports des actionnaires.

  • Les actionnaires ne seront tenus responsables des obligations de leur société qu’à concurrence du montant de leurs apports impayés inscrits au registre du commerce.
  • Le principal document d’entreprise d’une société à responsabilité limitée de la République tchèque figure dans ses statuts.
  • Le capital social requis doit être d’au moins 1 CZK, tandis que l’apport minimum requis de chaque actionnaire est de 1 CZK.
  • Les contributions en nature des membres sont autorisées.
  • Les sociétés à responsabilité limitée peuvent créer différents types d’actions avec des droits spécifiques applicables.
  • Les actions d’une société à responsabilité limitée de la République tchèque sont transférables conformément à l’accord de transfert d’actions, prenant effet à la date prédéterminée dans l’accord. Des limitations de transfert d’actions peuvent être créées et incluses dans les statuts de la société.
  • Peut être établi par un seul fondateur. Il n’y a pas de limite au nombre d’actionnaires autorisés dans le cadre d’une société à responsabilité limitée.
  • Les noms des actionnaires sont dûment enregistrés dans le registre du commerce.
  • Les actionnaires prévoient une assemblée générale, qui est l’un des événements les plus importants à tenir une fois par an ou au plus tard dans les six mois suivant la fin de l’exercice.
  • La gestion est assurée par un ou plusieurs directeurs exécutifs, dûment nommés par les membres du conseil d’administration de la société.
  • La création d’un conseil de surveillance est facultative. Comme les actionnaires, les noms des dirigeants et des membres du conseil d’administration d’une société doivent être inscrits au registre du commerce.
  1. Société par actions

Une société par actions est une forme juridique dont le capital social est formé par les apports des actionnaires. Ces actionnaires ne sont généralement pas tenus responsables des obligations de la société.

  • Le capital social est subdivisé en un certain nombre d’actions.
  • Le principal document d’entreprise est l’acte constitutif de la société.
  • Peut être lancé par un seul fondateur sans limitation du nombre d’actionnaires.
  • À l’exception d’une société par actions dont l’actionnaire est unique, les noms des actionnaires sont inscrits au registre du commerce.
  • Capital social requis d’au moins 2 millions de CZK ou environ 78 800 EUR.
  • Les contributions non monétaires des actionnaires sont autorisées.
  • Peut émettre des actions au porteur ou nominatives et fournies sous forme de (i) Certificat (formulaire papier) ou (ii) forme d’inscription en compte (sans papier). La loi de la République tchèque permet de former différents types d’actions avec des droits spécifiques applicables.
  • Les actions papier peuvent être transférées contre remise et endossement. Pour les actions sans papier, l’enregistrement auprès des dépositaires centraux de titres est obligatoire. Les limitations ou conditions de transfert des actions sont définies dans les statuts de la société.
  • Les actionnaires doivent assister à l’assemblée générale, qui a lieu idéalement au moins une fois par an, au plus tard six mois après la fin de l’exercice.
  • Une société par actions à structure moniste nécessite la nomination d’un conseil d’administration ou d’un directeur général.
  • Société par actions à structure dualiste, le conseil d’administration joue un rôle exécutif dans les opérations de l’entreprise tandis que le rôle de gestion incombe au conseil de surveillance. Sauf disposition contraire des statuts, chaque conseil d’administration doit compter trois membres qui peuvent être des ressortissants tchèques ou étrangers. Tous les membres des organes de direction et de surveillance d’une société doivent être inscrits au registre du commerce.
  1. Partenariat illimité

Dans le cadre d’une société de personnes illimitée, il doit y avoir au moins deux personnes physiques ou morales qui gèrent l’entreprise en utilisant le même nom de société. Tous les partenaires concernés assumeront leurs obligations conjointement avec tous leurs actifs. Il n’existe pas d’exigences précises en termes de capital social.

  1. Société en commandite

Une société en commandite est créée avec deux personnes physiques ou plus. Au moins un des partenaires doit être identifié comme un commanditaire qui assumera les responsabilités jusqu’à concurrence du montant de l’apport impayé tel qu’inscrit au registre du commerce. Au moins un associé doit assumer une responsabilité illimitée pour toute dette de la société.

  1. Branche
  • Techniquement, une succursale établie en République tchèque ne sera pas considérée comme une entité juridique indépendante. Par conséquent, toutes les actions effectuées par la succursale seront interprétées comme des actions effectuées par la société étrangère qui a enregistré la succursale.
  • Le responsable de la succursale peut être un ressortissant tchèque ou un citoyen étranger qui peut gérer et superviser toutes les actions liées à la succursale.
  • Le chef de la succursale sera inscrit au registre du commerce.
  1. Société européenne
  • En substance, une société européenne est une entité autorisée à exercer ses activités dans toute l’Europe.
  • Une société européenne peut être constituée sous l’une des formes suivantes : (i) Fusion entre deux ou plusieurs sociétés par actions d’au moins deux États membres différents de l’UE, (ii) société holding par des sociétés remplissant des conditions spécifiques, (iii) filiale de sociétés remplissant des conditions spécifiques, (iv) société par actions ayant une filiale dans un autre État membre de l’UE depuis au moins deux ans.
  • Le capital minimum requis ne peut être inférieur à 120 000 euros.
  1. Entreprise individuelle

Les ressortissants tchèques et les étrangers peuvent exercer leurs activités en République tchèque sous leur propre nom après avoir obtenu des licences commerciales valides et d’autres autorisations commerciales essentielles.

PERMIS D’EXPLOITATION

Toute entreprise peut commencer ses activités après avoir obtenu les permis et autorisations nécessaires, sauf si l’activité concernée ne nécessite pas la délivrance d’un permis (comme dans le cas de la location de biens immobiliers).

  • Avant de pouvoir fonctionner, une entreprise doit obtenir une licence commerciale conformément à la loi sur les licences commerciales. La loi sur les licences commerciales stipule différents types de commerce, la majorité d’entre eux étant identifiés comme des métiers libres où aucune compétence professionnelle n’est nécessaire pour gérer une entreprise.
  • Avant l’enregistrement au registre du commerce de la République tchèque, certaines activités commerciales qui ne relèvent pas de la loi sur les licences commerciales nécessiteront une autorisation ou un permis spécial. Cela s’applique aux entreprises des secteurs de la finance, des télécommunications, de l’énergie et des soins de santé.

RELATIONS DE TRAVAIL ET CONDITIONS DE TRAVAIL

Toutes les activités liées à l’emploi sont régies par la loi n° 262/2006 Coll. sur le code du travail. L’emploi est le plus souvent fondé sur un contrat de travail.

Un contrat de travail peut inclure :

  • Type de travail
  • Lieu ou lieux de travail
  • Date de début de l’emploi

     

    1. Tous les employés sous contrat de travail sont tenus de passer un examen médical initial avant de commencer leur emploi.
    2. La période d’essai peut être convenue entre les deux parties pour une durée maximale de trois mois et jusqu’à six mois pour les postes de direction, à compter de la date d’embauche.
    3. L’emploi à durée déterminée est autorisé pour une durée maximale de 36 mois et peut être répété deux fois. En substance, la durée d’un emploi à durée déterminée ne peut dépasser neuf ans. Il existe des exceptions en cas de problèmes opérationnels graves.
    4. Les structures d’emploi moins informelles peuvent inclure des accords basés sur le rendement du travail et des accords sur des activités de travail spécifiques, comme dans le cas du travail saisonnier ou à temps partiel.

Un contrat de travail peut être résilié dans les cas suivants :

  • Accord de résiliation sous forme écrite.
  • Avis de résiliation présenté par écrit et remis directement à l’autre partie. Le délai de préavis minimum est de deux mois et commence à courir le premier jour du mois suivant la remise de l’avis à l’autre partie.
  • Les employeurs peuvent imposer le licenciement conformément aux lois du code du travail, notamment en cas de raisons liées aux performances et à l’organisation, ainsi qu’en cas de manquement aux obligations.
  • Les employés peuvent notifier leur licenciement sans en indiquer le motif. La période de préavis peut être prolongée par un accord individuel écrit entre l’employeur et l’employé.
  • L’annulation immédiate du contrat de travail est autorisée à condition que les deux parties soient d’accord sur l’annulation immédiate de l’emploi.
  • L’annulation pendant la période d’essai est possible pour les deux parties. L’employé et l’employeur peuvent mettre fin au contrat de travail sans en indiquer les raisons.
  • Si un employé accepte de travailler après la période convenue, la nature de l’emploi sera automatiquement modifiée en emploi à durée indéterminée.
  • Pour les ressortissants étrangers, l’annulation de leur titre de séjour ou l’expiration du permis de travail, de la carte bleue, de la carte d’employé, ou l’expulsion.
  • Décès d’un employé

L’indemnité de départ minimale légale est versée au salarié en cas de licenciement par l’employeur pour des raisons d’organisation. En règle générale, l’indemnité de licenciement doit représenter une à trois fois le salaire moyen de l’employé et être calculée en fonction de la durée de l’emploi.

En cas d’accident, de maladie professionnelle ou de menace de développement d’une maladie professionnelle, l’indemnité de licenciement minimale légale doit être égale à 12 fois le revenu mensuel moyen du salarié.

Autres points importants en matière de travail et d’emploi :

  • Tous les employés ont droit à un minimum de quatre semaines de vacances.
  • Depuis 2018, le salaire minimum est fixé par le gouvernement tchèque à 12 200 CZK ou 480 EUR par mois, soit 73,20 CZK/heure.
  • Les heures supplémentaires ajouteront au moins 25 % du salaire moyen, à moins que l’employeur n’accepte de donner à l’employé un congé compensatoire à la place.
  • Le salaire peut inclure une rémunération pour les heures supplémentaires. Pour les employés ordinaires, un maximum de 150 heures par an peut être inclus. En revanche, les cadres peuvent disposer d’un maximum de 416 heures supplémentaires par année civile.
  • Le nombre maximum d’heures de travail est de 40 par semaine, ou moins dans certains cas spécifiques, par exemple dans les entreprises à deux ou trois équipes.

Syndicats

  • Les formations syndicales sont réglementées par la loi.
  • Une convention collective peut être conclue par l’intermédiaire d’une organisation syndicale pour une durée déterminée ou pour une durée indéterminée, auquel cas elle peut être résiliée avec un préavis de six mois.
  • Les grèves sont autorisées, mais pas exclusivement, pour soutenir la négociation de conventions collectives.

PERMIS DE TRAVAIL, PERMIS DE SÉJOUR ET VISAS

  • Les contrôles douaniers des personnes ou des marchandises sont effectués dans les aéroports internationaux, car la République tchèque n’a pas de frontières extérieures de l’UE.
  • Les employés de l’UE, de l’EE et de la Suisse ainsi que les anciens membres de leur famille n’ont pas besoin de permis de travail pour obtenir un emploi en République tchèque.
  • Les employés de tous les autres pays sont tenus d’obtenir un permis de travail et un permis de séjour pour raisons professionnelles avant de pouvoir commencer à travailler.
  • Les lois relatives à la résidence de longue durée des ressortissants étrangers à la recherche d’un emploi en République tchèque sont simplifiées et alignées sur la législation européenne.
  • La carte d’employé du ministère de l’intérieur est délivrée aux employés dans le cadre de postes de travail spécifiques. Un employé possédant une carte d’employé ne doit plus demander un permis de séjour individuel.
  • Les ressortissants étrangers peuvent demander une carte bleue, qui est un permis de séjour et de travail en un.
  • La carte bleue est généralement délivrée aux travailleurs ayant un niveau d’éducation élevé ou ayant un contrat de travail d’au moins un an et dont le salaire brut moyen est au moins 1,5 fois supérieur au salaire moyen en République tchèque.

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

  • La République tchèque est membre de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), de l’Organisation européenne des brevets (OEB), et est considérée comme une partie contractante de l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC).
  • Le système de protection juridique de la PI en République tchèque est conforme aux principes dominants d’une économie de marché et harmonisé avec les lois de l’UE.

FINANCE ET INVESTISSEMENT

  1. Réglementation des affaires

La propriété intellectuelle, y compris les marques et les droits d’auteur, est protégée en République tchèque par la loi sur les droits d’auteur.

  1. Banque et finance

La Banque nationale tchèque, la banque centrale du pays, supervise les politiques monétaires, la surveillance bancaire et les marchés financiers.

  • Les titres sont négociés à la Bourse de Prague avec deux marchés opérationnels, à savoir le SPAD pour les grands et moyens investisseurs et les ventes aux enchères par module pour les petits investisseurs.
  • La Bourse est la propriété de CCESEG Aktiengesellschaft- Winer Borse AG.
  1. Contrôle des changes

la République tchèque ne pratique pas le contrôle des changes, ce qui permet aux fonds de circuler librement à l’intérieur et à l’extérieur du pays. L’établissement de rapports statistiques est une exigence.

  1. Incitations à l’investissement

La République tchèque offre une myriade d’incitations à l’investissement dans différents cas, comme par exemple :

  • Allégement de l’impôt sur le revenu
  • Certaines exonérations de l’impôt foncier
  • Subventions à l’emploi pour la création d’emplois
  • Formation et maintien en poste des employés
  • Soutien financier pour l’acquisition d’actifs

Le pays délivre également des subventions pour les Fonds structurels de l’UE et d’autres projets.

COMPTABILITÉ ET AUDIT

1. Les législations comptables sont harmonisées avec le droit européen.
2. Le contenu des états financiers doit être créé conformément aux normes comptables tchèques généralement acceptées.
3. La comptabilité tchèque diffère légèrement des normes internationales d’information financière.
4. Les états financiers annuels doivent comprendre un bilan, un compte de résultat et des notes complémentaires aux états financiers.
5. Pour les entreprises dont les états financiers sont obligatoirement audités, un état des flux de trésorerie et un état des variations des capitaux propres sont requis.
6. Les états financiers annuels sont publiés par le registre du commerce et doivent être déposés avec la déclaration d’impôt sur les sociétés auprès de l’autorité fiscale locale compétente.

Directives comptables

  • Toute entité de contrôle est tenue de préparer des états financiers consolidés lorsqu’un groupe de sociétés dépasse, sur une base consolidée, un actif net de 100 millions de CZK, un chiffre d’affaires de 200 millions de CZK et 50 employés.
  • Un petit groupe n’est pas tenu d’établir des états financiers consolidés, sauf dans le cas de sociétés d’intérêt public.
  • Les sociétés cotées en bourse sont tenues d’utiliser les normes IFRS, telles que modifiées par la législation européenne.
  • Les entités sont tenues de tenir une comptabilité en langue tchèque. En revanche, les documents comptables ne peuvent être créés en utilisant une langue étrangère que si la condition d’intelligibilité est remplie.
  • Les entités sont tenues de tenir une comptabilité en couronnes tchèques.

Exigences en matière d’audit

Conformément à la loi sur la comptabilité, tous les états financiers, les états financiers consolidés et les rapports annuels doivent être vérifiés par un auditeur externe de : (i) les grandes et moyennes unités comptables, (ii) petites unités comptables sous la forme d’une société par actions, l’exercice comptable précédent répondant à au moins un de ces critères :

  • un actif net total ne dépassant pas 40 millions de CZK
  • un chiffre d’affaires net ne dépassant pas 80 millions de CZK par an
  • nombre moyen d’employés ne dépassant pas 50
  • Les micro unités comptables ne sont pas tenues de faire vérifier leurs états financiers.
  • Une nouvelle entreprise dans sa première année d’activité peut ne pas être auditée si elle est susceptible de se transformer en une entreprise de taille moyenne ou grande.
  • Une entreprise peut être auditée pour d’autres raisons légales.
  • Tous les états financiers sont vérifiés conformément aux normes internationales d’audit.

Publication et archivage

Les sociétés peuvent publier leurs états financiers dans le recueil des actes du registre du commerce. Les sociétés auditées seront publiées dans un rapport annuel comprenant les états financiers, le rapport de gestion et le rapport de l’auditeur.

  • Tous les documents comptables doivent être archivés pendant au moins cinq ans ou jusqu’à 30 ans selon le type de document.
  • Indépendamment de la période d’archivage, les documents relatifs à la fiscalité doivent être disponibles pour les périodes imposables pour lesquelles le délai de prescription reste actif.

APERÇU DU SYSTÈME FISCAL DE LA RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

La loi tchèque sur l’impôt sur le revenu régit l’imposition des personnes physiques et des sociétés. Le bureau des impôts local autorisé sera déterminé en fonction du siège de l’entreprise ou de la résidence du contribuable.

Un bureau fiscal spécialisé (STO) est compétent à l’échelle nationale pour les gros contribuables dont le chiffre d’affaires dépasse 200 millions de CZK et qui contribuent de manière importante aux recettes fiscales.

Le calendrier et la fréquence des contrôles fiscaux dépendent du lieu de résidence du contribuable. Les contrôles fiscaux ont généralement lieu dans les petites villes et municipalités.

Tous les contribuables ont le droit de faire appel des décisions prises par les autorités fiscales après un contrôle fiscal et entraînant une augmentation de leurs obligations fiscales. Les appels doivent être faits par écrit auprès des autorités concernées dans la période pertinente pour la décision (30 jours). Les contribuables qui ne sont pas satisfaits de la décision d’appel peuvent alors faire appel devant les tribunaux.

LES DIFFÉRENTS TYPES D’IMPÔTS EN RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

  1. Taux de l’impôt sur les sociétés (IS)
  • L’impôt sur les sociétés est prélevé au taux général de 19 %.
  • Pour les fonds d’investissement de base, le taux de l’impôt sur les sociétés est fixé à 5 %.
  • Les fonds de pension sont soumis à un taux d’imposition de 0 %.
  • Pour les entités commerciales locales et étrangères dont le lieu d’exploitation et de gestion se trouve en République tchèque, le revenu soumis à l’impôt est le revenu brut mondial moins les dépenses déductibles, moins les revenus non imposables et les déductions autorisées.
  • Les sociétés non résidentes ne sont imposées que sur les revenus générés en République tchèque.
  • Le délai de dépôt des déclarations fiscales est de trois mois.
  • Si le CIT est déposé par un conseiller fiscal ou si le contribuable a fait l’objet d’un audit, le délai de dépôt est de six mois.
  • Avances d’impôt payées semestriellement si la dernière dette connue est comprise entre 30 000 et 150 000 CZK (1 135 et 5 670 EUR).
  • Le paiement anticipé devrait correspondre à 40 % de l’impôt à payer.
  • Si la dernière dette fiscale connue est supérieure à 150 000 CZK, le paiement anticipé doit correspondre à un quart de la dette fiscale précédente et doit être effectué sur une base trimestrielle.
  • Toutes les dépenses engagées pour l’obtention et le maintien d’un revenu imposable sont entièrement déductibles, à moins qu’elles ne figurent parmi les postes non déductibles ou les postes qui ne sont déductibles que dans une limite fixée par la loi.
  • Les dépenses liées aux initiatives de recherche et de développement peuvent être déduites de la base d’imposition jusqu’à 100 % et 110 % des dépenses totales respectivement.
  • Les frais de recherche et de développement peuvent être réclamés deux fois, car le coût des projets de recherche et de développement peut rester dans le calcul de l’assiette fiscale jusqu’à trois ans.
  • Une déduction peut être obtenue de deux manières. La déduction pour les biens acquis à des fins de formation professionnelle peut être effectuée deux fois par (i) la dépréciation de l’actif qui diminue l’assiette fiscale et (ii) déduction jusqu’à 110% de la valeur totale de l’actif dans l’année d’acquisition.
  • Les entreprises qui proposent une formation professionnelle peuvent déduire jusqu’à 200 CZK par heure d’activité de formation.
  • Les pertes fiscales dérivées après 1993 sont reportées pendant cinq ans.
  • À partir de juillet 2020, les pertes fiscales sont reportées en arrière pendant deux ans. Le montant maximum qui peut être réclamé est de 30 millions de CZK.

Exonérations fiscales

  • Dividendes versés par une filiale de CZ ou d’un État membre de l’UE à sa société mère de CZ ou d’un autre État membre de l’UE.
  • Produits de la vente d’une participation dans une filiale
  • Les dividendes et les revenus générés par la vente d’une participation dans une filiale si la partie est un non-membre de l’UE résidant d’un traité de double imposition seront soumis à l’impôt sur les sociétés, qui ne sera pas inférieur à 12 %.

Les investisseurs étrangers peuvent prétendre à des exceptions sous réserve des conditions essentielles suivantes :

  • La société mère doit détenir au moins 10 % de la filiale pendant au moins 12 mois consécutifs.
  • Les revenus sont exonérés d’impôt s’ils sont versés à un pays comme la Suisse, la Norvège, le Liechtenstein et l’Islande.

Incitations

Des incitations à l’investissement sont disponibles pour les résidents locaux et les investisseurs étrangers dans les catégories suivantes :

  • Centres technologiques
  • Industrie manufacturière
  • Les fournisseurs de services de soutien aux entreprises, tels que les centres de développement de logiciels, les centres de services partagés, les centres de réparation de haute technologie, les centres d’appels et les centres de données.

Les incitations à l’investissement peuvent être fournies sous les formes suivantes lorsque toutes les conditions sont remplies :

  • Allégement de l’impôt sur le revenu pendant 10 ans au maximum
  • Aide financière à la création de nouveaux emplois
  • Soutien financier pour la formation et le recyclage des nouveaux employés
  • Aide financière aux investissements stratégiques dans les centres technologiques et les entreprises de fabrication.
  • Transfert de terrains publics à des prix idéaux.
  • Exonération de l’impôt foncier pendant cinq ans.
  1. Impôt à la source
  • Les dividendes versés aux résidents et aux non-résidents sont soumis à une retenue à la source de 15 %.
  • En vertu de la directive européenne sur les sociétés mères et les filiales, les dividendes versés par une filiale à la société mère seront exonérés d’impôt si la société mère détient au moins 10 % des actions de la filiale pendant 12 mois sans interruption.
  • Les dividendes versés par une filiale tchèque à une société mère établie en Islande, en Norvège, en Suisse et au Liechtenstein seront exonérés d’impôt.
  • Un taux de retenue à la source de 35% est applicable dans les cas où les dividendes sont payés à d’autres juridictions en dehors de l’UE et de l’EEE.

Intérêt

  • Les intérêts versés aux non-résidents sont soumis à une retenue à la source de 15 %.
  • L’exonération s’applique lorsque les intérêts sont payés par un résident local à une société ayant une résidence permanente dans l’UE, en Suisse, en Norvège, en Islande et au Liechtenstein.
  • Les contribuables de l’UE et de l’EEE sont autorisés à déposer une déclaration d’impôt pour réduire les coûts liés au paiement des intérêts.
  • Un taux de 35 % s’applique lorsque les intérêts sont payés à d’autres États membres de l’UE ou de l’EEE avec lesquels la République tchèque n’a pas conclu de convention de double imposition.

Redevances

  • Les redevances versées aux non-résidents sont soumises à une retenue à la source de 15 %.
  • L’exonération s’applique lorsque les redevances sont versées par un résident local à une société ayant une résidence permanente dans l’UE, en Suisse, en Norvège, en Islande et au Liechtenstein.
  • Les contribuables de l’UE et de l’EEE sont autorisés à remplir une déclaration d’impôt pour réduire les coûts liés aux redevances.
  • Le taux de 35 % s’applique lorsque les redevances sont versées à d’autres États membres de l’UE ou de l’EEE avec lesquels la République tchèque n’a pas conclu de convention de double imposition.
  1. Règles anti-évitement

Capitalisation fine

  • Si le bénéficiaire du prêt est une banque ou une compagnie d’assurance, il lui est interdit de déduire les frais d’intérêt du montant total du prêt lorsque la simulation des prêts au cours d’une période fiscale donnée représente six fois les fonds propres.

Coûts d’emprunt excessifs

  • Déduction fiscale jusqu’à une limite prédéterminée. Limite fixée à 30% du bénéfice fiscal avant impôts, intérêts, dépréciation, ou jusqu’à 80 millions de CZK.
  • La réduction de la base d’imposition (différence entre les revenus et les dépenses) est autorisée au cours de la période fiscale lorsqu’un contribuable ne respecte pas la limite des coûts d’emprunt excessifs.

Société étrangère contrôlée

  • Lors de la détermination de la base d’imposition d’une société étrangère contrôlée, la société contrôlante doit prendre en compte les revenus réalisés, y compris les revenus couverts tels que les revenus de dividendes, les droits de licence, les revenus provenant de la vente de parts de propriété, les revenus provenant de la vente de biens et de la fourniture de services de ou à des sociétés affiliées avec peu ou pas de valeur ajoutée, les assurances, les services bancaires et autres services financiers.
  • Les recettes incluses sont incluses dans la base d’imposition de la société contrôlante au prorata du capital social de la société étrangère contrôlée. En règle générale, l’ajustement de l’assiette fiscale de la société contrôlante n’est pas exécuté si l’ajustement entraîne une réduction de l’assiette fiscale.

DAC6

La République tchèque a introduit les lignes directrices de l’UE DAC VI, qui présentent les arrangements transfrontaliers susceptibles d’entraîner des avantages fiscaux, lesquels doivent à leur tour être signalés aux autorités fiscales.

Prix de transfert

Les prix de transfert s’appliquent aux parties liées locales et étrangères. Les parties sont en relation directe ou indirecte si l’une des parties détient une participation de 25% du capital ou des droits de vote. Les parties peuvent également être liées lorsque le même individu participe à la gestion et au contrôle des deux parties. Lorsque les prix des transactions entre parties liées sont différents des prix du marché et que la différence n’est pas justifiée, la base d’imposition sera automatiquement ajustée de la différence.

ÉLÉMENTS DE FISCALITÉ INTERNATIONALE

  • Traités de double imposition

L’élimination de la double imposition, le crédit ou l’exemption sont disponibles en vertu de certaines conventions de double imposition. La partie non utilisée de l’impôt étranger sera déduite en tant que charge fiscale dans la période fiscale suivante.

TAUX DE LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE

  • Le taux normal de la taxe sur la valeur ajoutée est de 21 %.
  • Une TVA réduite à 15 % est applicable aux produits alimentaires et aux boissons non alcoolisées, aux produits de santé spéciaux et aux produits pharmaceutiques.
  • La TVA réduite à 10 % est applicable aux médicaments, aux vaccins, aux livres, aux prix de l’eau et des égouts, aux transports publics, aux services de restauration, à l’hébergement en hôtel, aux manifestations sportives et culturelles, à la coiffure et aux petites réparations.
  • La personne imposable est toute personne morale ou physique exerçant une activité économique en République tchèque.
  • Les événements imposables peuvent inclure (i) la fourniture de biens et la prestation de services en rapport avec une activité économique exercée sur le territoire de la République tchèque, (ii) l’acquisition intracommunautaire de biens sur le territoire de la République tchèque en provenance d’un autre État membre de l’UE, et (iii) les marchandises importées en République tchèque.
  • Le montant imposable est la contrepartie totale facturée pour la fourniture, à l’exclusion de la TVA mais y compris les droits d’accises, ainsi que d’autres taxes et frais.
  • La période d’imposition peut être mensuelle ou trimestrielle et correspond au chiffre d’affaires des 12 mois consécutifs précédents. La période d’imposition obligatoire pour les nouveaux assujettis à la TVA est le mois civil.
  • Depuis 2016, les redevables de la TVA sont tenus de fournir un état récapitulatif qui présente le détail des transactions soumises à la TVA en République tchèque et des transactions pour les déductions de TVA en amont demandées.
  • Le seuil d’enregistrement obligatoire à la TVA pour tout individu imposable ayant un siège social, une place d’affaires ou un établissement fixe en République tchèque est le chiffre d’affaires d’un million de CZK pour les 12 mois civils consécutifs précédents. La TVA volontaire est également applicable.
  • Un assujetti étranger qui effectue des ventes à distance (par correspondance) en République tchèque à un assujetti à la TVA non enregistré en République tchèque doit s’enregistrer à la TVA en République tchèque pour les marchandises et les fournitures qui atteignent 1,14 million de CZK ou 43 110 EUR au cours d’une année civile.
  • Le seuil de TVA depuis le 1er juillet 2021 sera de 10 000 euros pour toutes les ventes à distance, y compris les services numériques aux non-assujettis. Le guichet unique de la TVA européenne est également une option pour ce type de transaction.
  • Les personnes imposables doivent s’enregistrer en tant que personne identifiée dans les cas suivants : (i) l’achat de services auprès de personnes ou d’entités établies en dehors de la République tchèque mais ayant un centre d’approvisionnement en République tchèque, (ii) la fourniture de services avec un centre de distribution dans un autre État membre de l’UE, (iii) l’acquisition intracommunautaire de biens provenant d’un autre État membre de l’UE.
  • Les enregistrements de groupe de TVA doivent être appliqués aux assujettis ayant un siège ou un établissement commercial fixe en République tchèque et qui sont liés économiquement, financièrement et au niveau de l’organisation seront considérés comme un seul assujetti.

AUTRES TAXES

  • Il n’existe pas d’impôt sur la valeur nette en République tchèque. .
  • La taxe foncière comprend les taxes sur les terrains, les bâtiments et les appartements. Le montant de l’impôt foncier dépend de la destination principale du terrain, du bâtiment ou de l’appartement, ainsi que de son emplacement. Les taux de base de l’impôt foncier peuvent être ajustés au niveau de la municipalité.
  • Le taux de la taxe sur les transferts de biens immobiliers est fixé à 4 %.
  • La taxe routière est appliquée aux véhicules à moteur et aux remorques immatriculés en République tchèque et utilisés à des fins professionnelles. Quel que soit l’usage, les véhicules de plus de 3,5 tonnes seront soumis à la taxe.
  • Des droits d’accises seront prélevés sur les huiles minérales, l’électricité, le charbon, le gaz naturel, la bière, le vin et les produits du tabac.
  • Les marchandises importées d’États non membres de l’UE sont soumises à un dédouanement à l’importation.

Pour rationaliser et simplifier la procédure d’enregistrement des entreprises en République tchèque, nous recommandons vivement aux investisseurs étrangers de s’associer à une société de conseil expérimentée et compétente. Chez Damalion, nous fournissons un large éventail de services professionnels dans tous les domaines suivants
création et développement d’entreprises en République tchèque
Nous proposons des services de conseil juridique, de conseil comptable, de conseil financier, de gestion d’entreprise, d’audit, de conseil fiscal, de conseil en ressources humaines, de recrutement et bien d’autres encore.
Contactez nous aujourd’hui
et laissez nos experts Damalion vous aider à surmonter les difficultés liées à la création d’une entreprise en République tchèque.

Contactez nous maintenant pour enregistrer votre société en République Tchèque

Notre bureau Damalion République tchèque vous répondra dans les plus brefs délais. Veuillez remplir ce formulaire pour décrire votre besoin

8 + 2 =

Vous voulez en savoir plus sur Damalion Czech Republic Desk ?

Damalion vous offre des conseils sur mesure fournis par des experts directement opérationnels dans les domaines qui posent problème à votre entreprise.

Nous vous conseillons de donner les meilleures informations possibles, afin que nous puissions qualifier votre demande et vous répondre dans les 8 heures qui suivent.