Comment constituer un RAIF : le fonds d'investissement alternatif réservé luxembourgeois ? - Damalion - Independent consulting firm.
Sélectionner une page

Le 28 juillet 2016, la nouvelle loi du 23 juillet 2916 délimitant le fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) a été publiée au Journal officiel du Luxembourg. Cette mesure a été mise en œuvre après l’adoption de la loi par le Parlement luxembourgeois. La loi sur les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF) est entrée en vigueur trois jours après sa date de publication officielle.

La loi sur les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF) renforce encore le pool d’outils d’investissement au Grand-Duché. Elle répond au besoin crucial de fournir aux investisseurs, nationaux et internationaux, une alternative avantageuse aux autres juridictions de fonds en Europe et dans d’autres parties du monde.

La loi a été promulguée pendant l’émergence d’un paysage réglementaire en rapide évolution pour les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs. Le Fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) reflète l’abandon par le Grand-Duché de la surveillance à double niveau, en permettant la création d’un fonds d’investissement alternatif (AIF), comprenant toutes les caractéristiques d’un investissement réglementé, mais sans avoir besoin d’une autorisation préalable de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF). Au lieu de cela, un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) sera indirectement supervisé par un gestionnaire de fonds d’investissement alternatif (AIFM).

Le fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) est un développement bienvenu pour les initiateurs de fonds qui cherchent à offrir aux investisseurs un produit d’investissement avec les caractéristiques avantageuses d’un fonds d’investissement spécialisé (SIF) ou d’un capital d’investissement avec capital à risque (SICAR) tout en bénéficiant des avantages d’une mise en place rapide, d’une intervention réglementaire légère, et de la flexibilité de modifier les documents constitutifs sans l’approbation d’une Commission de surveillance du secteur financier (CSSF).

Fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) Contexte

La raison de l’évolution législative qui a inspiré le Fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) est fermement ancrée dans le récent changement d’orientation de la réglementation de l’Union européenne, qui est passée de la réglementation des fonds eux-mêmes à celle des gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs.

Suite à l’adoption de la directive 2011/61/UE sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs. (AIFMD) dans les législations nationales des États membres de l’UE, les parties prenantes se sont interrogées sur la nécessité d’une double licence pour accéder aux investisseurs non professionnels par le biais du système de passeport paneuropéen, étant donné que la directive sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (AIFMD) n’est pas, par essence, une réglementation des produits et qu’elle n’a donc pas été conçue pour réglementer directement les fonds d’investissement alternatifs (FIA).

En vertu de la nouvelle loi sur les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF), la directive sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (AIFMD) ne nécessite pas que les fonds d’investissement alternatifs soient soumis à des lois sur les produits ou à une surveillance réglementaire directe par les autorités. Cela a inspiré le développement d’une nouvelle génération de fonds d’investissement alternatifs (FIA) non réglementés, entièrement conformes, qui peuvent être commercialisés dans toute l’UE, grâce à la licence accordée au gestionnaire du fonds d’investissement alternatif.

Au Luxembourg, l’introduction de la loi sur les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF ) renforce cette tendance en fournissant un cadre réglementaire spécifique. car les fonds d’investissement alternatifs ne nécessiteront pas de surveillance directe de la part de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) tout en bénéficiant activement du régime réglementaire de la directive sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (AIFMD) qui permet aux gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIFs) d’accéder directement aux investisseurs à travers l’Europe en utilisant le système de passeport pour les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs.

Caractéristiques principales d’un fonds d’investissement alternatif réservé

Conformément à la loi sur les fonds d’investissement alternatifs réservés, qui est similaire au fonds d’investissement spécialisé à plusieurs de ses facettes), le fonds d’investissement alternatif réservé présentera les caractéristiques suivantes :

Champ d’application et investisseurs éligibles

Le régime des fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF) est accessible à tous les fonds d’investissement alternatifs luxembourgeois diversifiés, réservés aux investisseurs avertis, et dont les documents constitutifs prévoient qu’ils sont soumis à la loi sur les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF).

Comme pour un fonds d’investissement spécialisé (FIS), un investisseur averti est défini comme étant un ou plusieurs des éléments suivants :

  • Organisations institutionnelles
  • Investisseurs professionnels
  • Autres investisseurs

Tous les investisseurs avertis doivent confirmer par écrit leur statut d’investisseur averti, investir un minimum de 125 000 euros ou faire vérifier leur expertise, leur expérience et leurs connaissances pour évaluer l’investissement envisagé par un établissement de crédit, une entreprise d’investissement, une société de gestion d’organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) ou un gestionnaire de fonds d’investissement alternatif.

Supervision

Contrairement aux Fonds d’Investissement Spécialisés (FIS) et aux Sociétés d’Investissement en Capital à Risque (SICAR), un Fonds d’Investissement Alternatif de Réserve (FIAR) n’est pas soumis à l’approbation de la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) ni à une autorisation préalable ni à une surveillance permanente.

Les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (AIFM) peuvent commercialiser les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIFs) dès que la documentation a été mise en place et que le gestionnaire de fonds d’investissement alternatif autorisé externe a été nommé. Cela garantira une rapidité de commercialisation inégalée par les fonds d’investissement alternatifs réglementés existants au Luxembourg.

Gestion

  1. Les fonds d’investissement alternatifs réservés peuvent être gérés par un gestionnaire de fonds autorisé externe qui n’a pas besoin d’être un gestionnaire de fonds d’investissement alternatif autorisé (AIFM) au Luxembourg.
  2. Un gestionnaire de fonds d’investissement alternatif gérera le fonds d’investissement alternatif réservé conformément aux dispositions de la directive sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (AIFMD).

Formes juridiques du fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF)

Comme un Fonds d’Investissement Spécialisé, un Fonds d’Investissement Alternatif Réservé peut prendre la forme d’un fonds commun de placement luxembourgeois (FCP) ou d’une société d’investissement à capital variable (SICAV), ou toute autre forme, y compris une société d’investissement à capital fixe. Dans le cas d’une société d’investissement en capital à risque (SICAR), un fonds d’investissement alternatif réservé peut prendre les formes juridiques suivantes :

  • Société publique à responsabilité limitée (SA)
  • Société privée à responsabilité limitée (SARL)
  • Société en commandite par actions (SCA)
  • Société en commandite simple (SCS)
  • Société en commandite spéciale (SCSp)
  • Société coopérative constituée sous forme de société anonyme (SCoSA)

Quelle que soit la forme juridique, le capital minimum requis est fixé à 1,25 million d’euros, montant qui doit être atteint par le fonds d’investissement alternatif réservé dans les 12 mois suivant sa date de constitution.

Structuration flexible d’un fonds d’investissement alternatif réservé

L’une des caractéristiques qui distinguent les fonds alternatifs réservés (RAIF ) des autres fonds d’investissement alternatifs (AIF) non réglementés est qu’un fonds alternatif réservé (RAIF) peut être structuré comme un véhicule à compartiments multiples ou un fonds à compartiments multiples. Dans ce cas, le compartiment peut avoir sa propre catégorie d’investisseurs, sa propre politique d’investissement, ses propres commissions, sa propre structure de distribution et ses propres règles d’émission et de rachat de titres et d’intérêts.

Un compartiment peut publier un prospectus ou un document d’offre distinct entre les compartiments d’un même fonds d’investissement alternatif réservé, si certaines conditions sont remplies.

Mise en place de votre RAIF luxembourgeois

  1. La constitution d’un fonds d’investissement alternatif réservé doit être enregistrée et vérifiée par un notaire public dans un délai de cinq jours ouvrables à compter de sa date de constitution.
  2. Un notaire doit évaluer la légalité de la constitution, la capacité à déterminer ses fondateurs, et la conformité aux règles applicables en matière de blanchiment d’argent et de financement des activités terroristes.
  3. Les sociétés en commandite simple (SCS) et les sociétés en commandite spéciale (SCSp ) doivent soumettre un affidavit notarié, ce qui représente une étape administrative supplémentaire dans leur constitution.
  4. Dans un délai de 15 jours à compter de la date d’authentification de l’affidavit, la note relative à la constitution d’un Fonds d’Investissement Alternatif Réservé (FIAR) doit être déposée auprès du Registre de Commerce et des Sociétés du Luxembourg à des fins de publication.
  5. Dans un délai de 20 jours à compter de la date de l’affidavit notarié, un fonds d’investissement alternatif réservé doit être inscrit sur une liste distincte sauvegardée par le registre du commerce et des sociétés du Luxembourg.

Dépositaire

Les fonds d’investissement alternatifs réservés doivent désigner un dépositaire dont le siège social ou une succursale se trouve au Luxembourg.

Conversion

La loi sur les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF) permet aux véhicules d’investissement existants, qu’ils soient réglementés ou non, de se transformer en fonds d’investissement alternatifs réservés si certaines conditions sont remplies.

  1. Les investisseurs doivent approuver la conversion et l’entité doit être conforme à la directive sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs.
  2. Les véhicules d’investissement tels que les organismes de placement collectif de la partie I, les fonds d’investissement spécialisés ou les sociétés d’investissement en capital à risque doivent obtenir l’approbation de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) et modifier les documents constitutifs du fonds et le document d’offre du fonds.
  3. Pour les structures non réglementées, des modifications doivent être apportées au contrat de société en commandite.
  4. Une entité non luxembourgeoise peut se convertir en un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) si elle peut être domiciliée en vertu des lois de son pays d’origine. La conversion ne peut être réalisée que par le biais d’une fusion qui peut être effectuée sous forme d’apport en nature ou d’un autre mécanisme.
  5. Un fonds d’investissement alternatif réservé peut également être converti en une société d’investissement réglementée.

Information aux investisseurs

  1. Un fonds d’investissement alternatif réservé est tenu de produire un document d’offre qui doit contenir des déclarations visibles sur sa page de couverture indiquant que le fonds n’est pas soumis à la surveillance de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF).
  2. L’information des investisseurs est une exigence de la directive sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (AIFMD) et est mise à la disposition des investisseurs.
  3. Un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) doit soumettre un rapport annuel audité pour chaque année financière et doit être disponible pour les investisseurs.

Marketing réservé aux fonds d’investissement alternatifs

  1. Un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) bénéficiera du régime de passeport paneuropéen et sera mis à la disposition des gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs. Cela leur permet de commercialiser le Fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) auprès des investisseurs professionnels de l’Union européenne.
  2. Lors de la commercialisation auprès d’investisseurs en dehors de l’Union européenne, la commercialisation d’un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) doit se conformer aux règles de placement nationales existantes pour chaque juridiction.
  3. Les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF) de type fermé sont réputés adhérer à la loi du 10 juillet 2005 relative au prospectus pour les valeurs mobilières s’ils souhaitent exercer des activités d’offre au public ou d’admission à la négociation.

Régime fiscal des fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIF)

  1. Le Fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) n’est pas soumis aux impôts luxembourgeois, y compris l’impôt sur la fortune, l’impôt sur le revenu et les impôts sur les revenus réalisés par le Fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF).
  2. Le Fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) est soumis à une taxe d’abonnement annuelle de 0,01% calculée sur le total des actifs nets du Fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) évalué à la fin de chaque trimestre.
  3. Un régime optionnel similaire à celui appliqué aux sociétés d’investissement en capital à risque (SICAR) peut être appliqué au Fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) dans les conditions suivantes :
  1. Un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) devra indiquer que son objectif est d’investir exclusivement dans le capital-risque.
  2. Un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) est soumis aux dispositions de l’alternative réservée.

Loi sur les fonds d’investissement (RAIF), qui prévoit un régime fiscal alternatif.

  1. Les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIFs) engagés dans le capital-risque seront soumis aux impôts généraux sur les sociétés au Luxembourg, y compris la taxe professionnelle municipale, l’impôt sur les sociétés et la surtaxe de solidarité.
  2. Les revenus provenant de titres détenus par un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF), les revenus provenant de la vente, de l’apport ou de la liquidation seront entièrement exonérés.
  3. Les fonds d’investissement alternatifs réservés (RAIFs) engagés dans le capital-risque peuvent bénéficier du réseau coûteux de conventions de double imposition contractées par le Luxembourg avec d’autres pays.
  4. Un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) structuré comme un fonds à compartiments sera soumis au traitement fiscal applicable, de même que ses compartiments. Cela signifie qu’il est impossible pour certains compartiments d’être évalués avec le régime de la taxe d’abonnement.

Damalion est un cabinet de conseil professionnel ayant une grande expérience dans l’assistance aux investisseurs et aux initiateurs de fonds dans la structuration d’un fonds d’investissement alternatif réservé (RAIF) au Luxembourg. Grâce à notre vaste réseau de professionnels impliqués dans la création et la gestion d’entreprises et d’investissements, nous veillons à ce que les investisseurs avertis bénéficient d’un soutien exceptionnel du début à la fin. Contactez un expert de Damalion dès aujourd’hui si vous souhaitez en savoir plus sur notre gamme complète de services de conseil.

Ces informations ne sont pas destinées à remplacer un conseil fiscal ou juridique individualisé. Nous vous suggérons de discuter de votre situation spécifique avec un conseiller fiscal ou juridique qualifié.